elu-e-s
 

 
Pour Servir Sassenage

Antenne-relais: bonne nouvelle

Bouygues Telecom condamné en appel à démonter des antennes relais

Bouygues Telecom a été condamné mercredi par la cour d'appel de Versailles à démonter des antennes relais dans le Rhône en application du principe de précaution, a indiqué à l'AFP l'avocat des parties civiles, en affirmant qu'il s'agissait d'une première en France.
"Bouygues Telecom a été condamné au démontage des antennes de Tassin-la-Demi-Lune (Rhône) sous astreinte de 500 euros par jour de retard", a déclaré à l'AFP Me Richard Forget. "Bouygues devra également indemniser mes clients pour exposition à un risque sanitaire, soit 7.000 euros par couple", a-t-il ajouté.
"Une jurisprudence est maintenant établie, toutes les antennes relais de Bouygues sont en sursis", s'est réjoui Me Forget.
En première instance à Nanterre, l'opérateur de téléphonie mobile avait été condamné à démonter l'installation dans un délai de 4 mois sous astreinte de 100 euros par jour et à verser 3.000 euros de dommages et intérêts à chacun des trois couples qui se plaignaient du risque sanitaire représenté par des antennes relais installées depuis 2006 sur un pylône en forme d'arbre à proximité de leurs habitations.
Bouygues avait alors interjeté appel de cette décision rendue le 18 septembre 2008 par la 8e chambre civile du tribunal de grande instance de Nanterre

Cette décision de la cour d'appel de Versailles est un encouragement à la poursuite des actions pour exiger les respect de la personne humaine, de sa santé. L'engagement très fort des élus communistes de Sassenage, contre l'implantation de l'antenne-relais, au 4 rue de la République, dans le parc "Sasso-Marconi", sur la base de ce principe de précaution était au coeur de l'intervention de Michel Barrionuevo, lorsque le conseil municipal de Sassenage, le 28 juin 2007, devait donner son avis (relire)

En donnant l'info, j'ai reçu le message suivant: "Une fois qu'on a obtenu le démontage de toutes les antennes. On fait comment pour téléphoner????????"

Je livre ma réponse:

Demande aux gens du sud-ouest, les rares qui pouvaient encore téléphoner après la tempête étaient ceux qui avaient gardé leurs vieux téléphones filaire.
 
Pour en revenir aux antennes-relais, la bonne action, ce n'est pas contre les antennes-relais, mais pour faire abaisser la puissance autorisée à un maximum de 0,6V/m, d'interdire la commercialisation des portables destinés aux moins de 14 ans; en clair, prendre pour base la santé des êtres humains.
 
Compte tenu  de la logique du profit, les riverains n'ont pas d'autres alternatives que de se battre contre l'implantation d'antenne-relais dans un rayon de 300 mètres.
 
Si nous parvenions à imposer la réduction de la puissance, pour couvrir la demande, il faudrait plus d'antennes mais ça coute plus cher, alors les opérateurs préfèrent moins d'antennes mais plus puissantes, tant pis pour les populations comprises dans les 300 mètres des rayonnements.
=<"; >