accueil

Conseil Municipal du 28 septembre 2006: Nouveau Plan de déplacements Urbains

Je considère cette délibération comme politicienne.

L'impression qu'elle me donne c'est vous êtes de droite et le SMTC est présidé par la gauche, donc les élus de Sassenage ayant reçu mandat de la population, ne peuvent être que contre!


Le SMTC, c'est quoi? Et vous l'avez dit, Monsieur le Maire, un syndicat financé à parts égales par le conseil général de l'Isère et par la métro, Sassenage est une des villes de cette communauté d'agglomération.


Alors  lorsque l'on établi un plan de déplacements urbains, il y a les objectifs, le plan de financement de ces priorités. Dans ce cadre, on ne fait pas la même politique de développement des transports, selon que la part nationale s'élève à plus de 50%, comme ce fut le cas lors de la première ligne de tramway. Je rappelle que ce tramway devait avoir son terminus,  Place de la Libération à Sassenage. La majorité en place en 1983 a dit NON au tramway!


Lorsqu'en 1995, le conseil municipal m'a mandaté pour défendre les transports, il a fallu, compte tenu du passif ferrailler dur, pour aboutir à ce que le PDU qui serait issu de ce débat acte à la fois la prolongation du projet initial jusqu'au Engenières, le parc relais pour recueillir une partie de la circulation venant du plateau du Vercors,  la voie de contournement de Sassenage et dans une autre commission, la desserte en amibus des Côtes.


Ferrailler dur, car entre temps, l'Etat  avait réduit sa participation au tiers. Il faut se battre, ne pas se tromper d'adversaires, montrer en quoi notre positionnement est prioritaire sur celui du voisin, mais en même temps, reconnaître que la priorité du voisin peut l'emporter! L'intercommunalité, c'est cela!


A Sassenage, nous avons envoyé des signes très forts aux autres collectivités, nous aimons tellement le tramway que la majorité a fait construire sur l'entrée de ville, la plus proche du terminus de la Poya: les immenses jardinières  anti-tramway. Pour l'arrivée du tramway sur Sassenage, il va falloir déblayer et très vite ouvrir le passage.


L'expérience m'a toujours enseigné que ce n'est pas avec des attitudes de fermeture que l'on avance!  En arrivant à la commission prospectives du SMTC, j'ai porté le projet de l'amibus des Côtes, mais celui des Hauts de Corenc était plus avancé, alors je me suis battu pour dire montrons en quoi, le projet de Sassenage pouvait-être la seconde priorité.


Aujourd'hui, la part de la participation de l'Etat dans les transports, c'est moins de  25%, la TVA, elle est à 19,6%,  c'est totalement anormal, et il faut se battre contre ces dérives de faire supporter aux collectivités de plus en plus de charges.


Entre le moment ou j'ai fait la proposition  de dire que l'ouverture du Pont barrage devait se faire en accompagnement de la voie de contournement,et pour cela obtenir le déclassement de la partie RN sur le territoire de la commune, en faire une voie communale interdite aux transports exceptionnels.  Alors, la voie de contournement serait devenue la nouvelle nationale.


Mais, comme il ne faut pas toucher le gouvernement, on a attendu que la plupart des Routes Nationales soient transférées aux Conseil Généraux, dont la RN532, pour se mettre à être revendicatif sur Sassenage.


Une délibération pour se prononcer contre le PDU 2006-2012, mais avec un dossier seulement consultable au secrétariat des élus, il est vrai,  que le concept châtelain exige de dresser d'autres priorités, c'est dommage que cette délibération qui ira en Préfecture, n'évoque nulle part dans ses considérations, les désengagements financiers du gouvernement. Alors puisque nous devons donner notre avis, nous voterons contre cette délibération.