danse
Veut-on tuer Corps et Graphie ? danse

 

Fin 2005, la municipalité informée du départ à la retraite d’une couturière avait déclaré vouloir chercher une solution au surcoût lié à cette indemnisation. Dans ce cas, rien à redire, puisque cette salariée avait été à l’origine embauchée par la commune.


La mise en conformité avec la loi réalisée par l’équipe précédente avec l’académie de danse « Corps et Graphie », s’est traduite par le déplacement des emplois de la commune vers l’association.


Lorsqu’au niveau national, l’Etat prend un engagement, c’est la parole de la France.


Sassenage s’est impliquée directement auprès de l’association par un subventionnement communal supplémentaire, compensant cette nouvelle charge financière.


Imposer la réduction, sur 3 ans de la subvention de près de 80 000 euros à 45 000 euros, c’est contraindre « Corps et Graphie » à licencier les salariés transférés par la collectivité à cette association, sans que le Maire n’en assure la paternité.


Bien des élus, dont le groupe communiste de Sassenage avec  son site, ont contribué au maintien du festival international de danse Hip Hop.


Le comportement de Monsieur le Maire a déjà conduit  notre commune à perdre du rayonnement : l’association « les Rencontres Sassenageoises de la danse » ayant été contrainte de changer de nom et de siège social.
De très nombreuses collectivités nous envient l’école de danse de Sassenage, avec ses 500 élèves, la qualité de son enseignement. Le succès réitéré du 17ème gala est là, pour crier haut et fort : ne tuons pas la danse !


Bonnes vacances !