La désunion Coigné-Bernard

 

 

Avant les municipales de 2001, c'était à qui serait le plus opposant à la liste de Gauche, Bernard se déclarait nostalgique de l'ère Valeille, tout en affirmant que sa liste à lui n'était ni de droite, ni de gauche. Coigné se revendiquait à droite avec le soutien de sénateurs ou du Président du conseil général sortants "RPR et UDF"!

Alors que les deux listes avaient moins de 2 % d'écart, les objectifs visés étant les mêmes, c'est à dire faire perdre Sassenage, l'union sous l'oeil bienveillant de M. Saugey, devait se concrétiser sous une drôle d'alchimie:

*31 % égal 15 candidats en position éligible

*29 % égal 7 candidats en position éligible

l'expérience nous confirmera quelque temps plus tard, que la liste Bernard comprenait des candidats de droite qui avaient revêtu une tenue de camouflage, et du coup, il ne reste plus que 4 indépendants! (au fait,le poussin c'était qui?)

Lorsque l'on coopte sur sa liste, des candidats qui tenaient des bureaux de vote pour la droite, comment peut-on dire ni droite? C'est vrai, incrédule, on peut se tromper, mais lorsque l'on n'aime pas du tout celui qui peut devenir Maire de la commune, grâce à vous, pourquoi permettre son élection?

Le tête de liste était en capacité, seul, de déposer sa liste, il aurait obtenu à peu près le nombre d'élus qu'il a aujourd'hui, mais la liste Coigné, n'en n'aurait pas eu plus.

Alors, oui, pourquoi avoir fait un tel pont en or à M. Coigné; M. Bernard sait très bien que l'impulsion actuelle c'est de tenter de remettre en selle la droite au Conseil Général en 2004, de transformer notre commune en foyer de convalescence pour cadres de droite, en provenance du Conseil Général.Est-ce le futur comité de campagne qui aurait élu domicile au château des Blondes.

Dans son intervention avant le premier tour Michel Barrionuevo avait dit: entre Coigné et Bernard, la seule différence est qui sera calife à la place du calife?